En quoi consiste la mise en conformité ?

L’installation électrique vieillit et le logement peut ne plus être “à la norme”. Cependant, l’installation doit s’adapter aux besoins et doit rester en sécurité. Pour des besoins croissants des utilisateurs et des progrès techniques, la norme NF C 15-100 évolue périodiquement. Mais qu’est-ce que la norme NF C 15-100 exactement ? Cette norme réglemente en général les installations électriques en basse tension, dont elle porte sur la protection de l’installation électrique et des individus, ainsi que sur l’évolutivité de l’installation, le confort d’usage et de gestion. Dans ce cas, en quoi consiste la mise en conformité ?

C’est quoi la mise en conformité ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe trois principales normes électriques : la NF C 16-600, qui est employée lors des diagnostics avant les locations et les ventes, la NF C 14-100, pour les raccordements, et la NF C 15-100, pour les bureaux et les logements. La seule norme à suivre est la norme NF C 15-100 dans le cadre d’un logement individuel, même si elle est composée de différentes sous-parties. Cette règle s’applique à l’entièreté de l’installation, que celle-ci soit pour les prises de courant ou l’éclairage. Pour l’accès à un urbanisme rénové ainsi qu’au logement, la loi exige que les propriétaires fournissent un état de l’installation électrique pour éviter tout risque pour les habitants. Ce processus agrée au propriétaire de remplir ses devoirs et de rassurer ainsi le futur locataire. Pour cela, une demande de diagnostic doit être effectuée, qui sera remise après au locataire avec les autres documents de la location. Cette mise en conformité est régie par la norme NF C 15-100, qui permet un test complet du système électrique. En outre, la maintenance et la Mise en conformité industrielle sont également exigées par la loi. C’est une activité sensible qui nécessite un grand professionnalisme.

Quand faire une mise en conformité ?

Le tarif d’une mise en conformité est variable et dépend de l’ampleur des travaux à accomplir. Mais en tout cas, il existe une vingtaine d’organismes agréés qui délivrent les attestations de conformité. Autrement, cette mise en conformité électrique est indispensable dans certaines situations. Il est d’abord nécessaire de contacter un organisme agréé qui vérifiera l’installation et délivrera une attestation de conformité pendant l’achèvement d’une nouvelle installation électrique, avant le raccordement au réseau. C’est aussi valable pendant les travaux d’augmentation de puissance électrique ou des extensions importantes d’une installation existante. Mais encore, il faut réviser l’installation électrique lorsque le dernier certificat de conformité date de plus de 25 ans. Enfin, dans le cas de l’acquisition d’un bien immobilier qui n’est plus aux normes, la mise en conformité est nécessaire. Pour ce dernier, le vendeur est obligé de donner à l’acquéreur une attestation provenant d’une entreprise de contrôle agréée. Quant à l’acheteur, il dispose de 18 mois à compter de l’achat du bien pour remettre aux normes l’installation électrique. Bref, ce certificat ou attestation de conformité électrique définie si oui ou non le bien est conforme. Le cas échéant, les infractions à rectifier doivent être précisées. Pour ce travail, il faut contacter des professionnels.

Quels sont les risques liés à la non-conformité ?

L’individu en contact avec le courant ressent en général une décharge, un fait qui lui fait céder. Et celui-ci sera victime d’une tétanisation des muscles, ou pire encore, d’une paralysie si le niveau est supérieur. À l’extrême, c’est l’asphyxie ventilatoire, le cœur s’arrête et c’est l’électrocution. Mais un échauffement au niveau des conducteurs électriques peut entraîner jusqu’à un incendie grave. Par exemple s’il n’y a pas de tableau électrique avec un dispositif de protection, cela peut se produire. Pour éviter tout cela, la maintenance et la Mise en conformité industrielle ou domestique sont importantes. Il faut savoir sa date de mise en service pour se situer par rapport à la conformité de l’installation. Donc, il ne faut jamais garder en tête qu’il n’y a pas de risques si l’installation électrique marche. Demander un nouveau contrôle pour terminer le processus de mise en conformité d’une installation électrique est nécessaire. Le contrevenant doit payer une amende théorique du SPF Economie en cas de non-conformité. Mais ce sont principalement les problèmes avec son assurance qu’il doit redouter le plus. Une installation électrique doit notamment être contrôlée tous les 25 ans, ceci en étant obligatoire.