Comment délimiter et protéger vos zones de chantier ?

Le chef d’entreprise est le premier responsable qui doit veiller et faire respecter la sécurité sur l’ensemble du chantier. Il en va également de la protection de chaque individu et de tous les intervenants qui se trouvent dans la zone des travaux. Les visiteurs en font partie. Ainsi, pour éviter qu’un accident ne se produise, il faut avant tout délimiter la zone où ces travaux de construction auront lieu. Puis, afin de préserver la sécurité des passants, l’installation de Grille de chantier est nécessaire surtout si la zone se trouve aux abords des voies publiques. Aussi, le maître d’œuvre ne doit en aucun cas négliger les équipements de protection individuelle adaptés aux types de travaux en cours. Le port de casque, des chaussures de sécurité et de la combinaison à bandes réfléchissantes est obligatoire pour ceux qui travaillent à l’intérieur et aussi pour les visiteurs.

Définir un périmètre de sécurité

Avant d’entamer tous travaux de construction dans un chantier, l’entreprise doit fournir les équipements de protection individuelle, les grilles, la barrière et la clôture de chantier. Ces dispositifs peuvent être achetés en ligne à défaut de les trouver dans les magasins et les boutiques spécialisées. Il revient par la suite au chef de chantier de délimiter la zone où se trouve la construction. Cette précaution est importante pour prévenir les personnes étrangères au chantier. Elles ne peuvent pas y accéder sans autorisation préalable. Un filet de travaux est posé en guise de marque visuelle de la zone des travaux ou pour indiquer la présence d’un trou, d’un endroit à ne pas franchir. L’intérêt d’utiliser les équipements adéquats et la Barrière Heras est pour indiquer que la zone où tout le monde circule est à risque. Toute forme d’intrusion est formellement prohibée. Raison de plus de délimiter la zone par des barrières puisque la règle de sécurité l’oblige. Le périmètre de sécurité est alors un des éléments vitaux du chantier puisque personne n’est à l’abri d’un accident. Ainsi, les cônes et les rubans de signalisation sont utilisés pour avertir le public que l’accès au chantier est strictement interdit. Personne n’a intérêt à s’aventurer sans le moindre motif dans la zone des travaux. Les panneaux de signalisation sont aussi importants pour indiquer votre présence. Ils ne sont pas obligatoires si le chantier se trouve dans un endroit en retrait.

Délimiter et protéger par des objets de signalisation

Vous devez connaître les tenants et aboutissants des catégories de panneaux de signalisation qui sont installés au niveau du chantier. Les principaux types de signalisation sont distincts par les nombreux avantages qu’ils génèrent. Ils sont également spécifiques grâce à leur rôle et à leurs attributions. D’abord, la signalisation d’approche, à part la barrière et la clôture de chantier, est installée pour prévenir les voitures qui circulent tout près de l’endroit des travaux. Elle signale que le danger est imprévisible et peut survenir d’un moment à l’autre. Les passants doivent être plus que vigilants comme l’indiquent les panneaux tricolores. Des gravillons sont projetés et peuvent provenir de partout sans que personne puisse savoir la provenance. La signalisation d’approche symbolise les dangers issus des travaux. Quant à la signalisation de position, elle sert à guider les automobilistes et les piétons par l’intermédiaire des nombreux panneaux de signalisation sur le chantier. Les zones sont balisées avec de la barrière de chantier, des cônes de signalisation ou d’autres séparateurs de voie, etc. Enfin, à la sortie de la zone de danger, vous découvrez la signalisation de fin de prescription. Le panneau fait connaître les usagers qu’ils sont hors de portée de danger potentiel. Généralement, ces différentes signalisations sont régies par des instructions règlementaires qui ont force de loi.

Que dit la loi à propos de la sécurisation du chantier ?

Les professionnels du bâtiment et des travaux publics sont concernés de près par la protection et la sécurité du chantier. Les employés et les usagers sont constamment exposés à des dangers pouvant être fatals. Pour prévenir les risques, des règlementations sont prévues pour assurer les meilleures conditions de travail aux ouvriers. Il faut que cette prévention passe impérativement par le respect de la loi en vigueur. Aucune restriction n’est à prévoir dans le cas d’un chantier qui opère dans un terrain privé. Néanmoins, le propriétaire du lieu est tenu responsable direct en cas d’accident. Il a alors pour rôle de faire installer un balisage ou une barrière de chantier pour la moindre précaution. Toujours est-il que la règle s’impose et reste valable par l’intermédiaire des arrêtés ministériels si le chantier est installé sur un endroit public. Les changements ponctuels peuvent être effectués pour les intérêts propres du chantier sur la circulation des usagers, les piétons comme les voitures. Pour cela, les objets de signalisation sont indispensables. Ils doivent être en bon état de fonctionnement pour garantir la sécurité. Ce sont entre autres, les panneaux et les balises, le ruban, le piquet, ou la Barrière Heras qui ne rouille pas facilement, etc. Ces diverses indications sont généralement recommandées par la loi pour minimiser les risques d’accident.

Protéger le chantier par le système de télésurveillance

Il y a des endroits où les infractions et les vols sont fréquents. Des individus malintentionnés peuvent arriver à s’infiltrer dans le chantier pour voler des matériels ou vandaliser les travaux finis. La présence des caméras de surveillance peut les obliger à renoncer à leur projet. Ce sont des objets dissuasifs qui viennent compléter la clôture, la barrière ou la Grille de chantier mettant en sécurité l’ensemble du chantier. La caméra enregistre les entrées, les sorties et tous les mouvements qui s’effectuent à l’intérieur du chantier. Il est possible d’installer plusieurs caméras de surveillance en fonction de l’importance des travaux. Les endroits stratégiques sont les plus vulnérables, à l’intérieur comme à l’extérieur du chantier. Ce sont les magasins de stockage, les engins et les machines pour les besoins des travaux. Placées aux bons endroits, les caméras de surveillance sont équipées pour pouvoir contrôler l’accès aux matériels et matériaux de construction du chantier. Les images enregistrées en permanence sont exploitées en cas de besoin. Cet élément de sécurité ne craint pas les intempéries et possède une longue durée de vie même si le chantier n’est que temporaire. Avec les deux types de caméras de surveillance, filaire et sans-fil, il est préférable de choisir la caméra sans fil pour la seule bonne raison qu’elle est facile à installer.

Stocker, recycler, évacuer les déchets pour protéger la zone

Qu’il le veuille ou non, un chantier produit toujours des déchets provenant du débitage et chute des matériaux bois ou métalliques. D’autres déchets sont engendrés par les gravats, les emballages et les végétaux. Logiquement, ils sont stockés dans des endroits réservés à cet effet, à l’intérieur de la clôture de chantier pour ne pas produire des accidents. Étant donné que ces déchets viennent de différents matériaux, ils sont triés suivant qu’ils sont des matières plastiques, des cartons, des gravats ou du bois. Ils sont ensuite amenés à être recyclés si possible, dans une déchetterie ou directement dans une entreprise de recyclage pour les valoriser. Elle peut vous les racheter puisqu’elle en a besoin pour d’autres raisons. Au cas où vous devez les évacuer, prenez garde à ne pas y mettre le feu pour ne pas violer le code de la santé publique ou pour ne pas polluer l’environnement. Tous ces aménagements amènent le maître d’œuvre à ordonner son chantier comme il est prévu par la loi. Quand la précaution est de mise, les matériels et équipements sont stockés au bon endroit. Aucun d’entre eux ne doit traîner quelque part pour ne pas mettre en danger la vie des personnes qui circulent dans le chantier pour nécessité de service.