Diagramme de Gilbreth

Le diagramme de Gilbreth d’un processus permet de décrire graphiquement son déroulement selon deux axes : celui de son enchaînement logique, et celui des responsabilités de ses différents acteurs. Les différentes étapes du processus sont représentées grâce à un logigramme, associées à des fonctions, services, ou autres responsabilités.

Genèse historique du diagramme de Gilbreth

Le diagramme de Gilbreth est nommé du nom du couple F.B et L.M. Gilbreth, pionniers de l’organisation industrielle. Ils sont notamment les premiers à initier des recherches sur l’étude des mouvements, qui serviront de base aux méthodes de temps prédéterminés, notamment. Dans cette optique, ils développèrent un système de représentation des diagrammes de flux, présenté la première fois en 1921 au congrès de l’ASME. Il s’appuie sur des symboles normalisés (opération, transport, stockage, … : cf. ci-contre) facilitant la lecture du déroulement du processus. D’autres normes ont ensuite vu le jour, reprenant ce principe et affinant la démarche (comme la norme aéronautique AERO 003-40, par exemple).

Utilisation actuelle du diagramme de Gilbreth

De nos jours, un diagramme de Gilbreth est une représentation proche du diagramme d’activité de la méthode UML, ou du diagramme d’orchestration de la méthode BPMN, qui utilisent toutes deux des couloirs (ou swimlanes) délimitant les responsabilités du processus. Les différentes tâches du logigramme sont positionnées dans la colonne du responsable de cette tâche.